Development mode
Thonet, Sebastian Herkner, 118

La chaise 118 : de l’idée à la création

dans une interview avec Sebastian Herkner © arcade, mars/avril 2018

 

 

Sebastian, comment est née votre coopération avec Thonet ?

 

J’avais fait la connaissance de Norbert Ruf (Art Director, Thonet) dans le cadre d’un projet antérieur. Il connaissait donc déjà ma façon de travailler, et l’été dernier, il m’a demandé si cela m’intéresserait de concevoir une chaise avec Thonet pour le salon imm.

 

 

Et quelle était la consigne ?

 

Elle portait sur la marque de tradition Thonet ainsi que sur les thèmes du « centenaire du Bauhaus » et de la « chaise francfortoise ». Il s’agissait de créer un meuble universel qui aurait sa place aussi bien dans un restaurant que dans un appartement. Il devait être solide, confortable, d’une grande durée de vie, mais aussi simple et authentique et d’un prix abordable.

Thonet, Sebastian Herkner, 118
Thonet, Sebastian Herkner, 118

Quels aspects étaient particulièrement importants à vos yeux ?

 

En tant que designer, le thème de la « chaise francfortoise » m’impressionne bien sûr un peu, et j’ai beaucoup de respect pour la société Thonet, ce qui fait que je ressens une certaine responsabilité. Le concept devait refléter cet esprit propre à Thonet tout en portant ma griffe. C’est pourquoi je ne voulais pas que l’assise et le dossier soient en placage, mais en bois massif courbé, de manière à ce qu’ils ne puissent pas s’écailler en cas de heurt. J’ai également tenu à créer une version vernie. Je voulais obtenir une finition très brillante, ce qui exige plusieurs couches de peinture et plusieurs étapes de ponçage, jusqu’à six au total. Cela représente un très gros travail. J’ai aussi attaché une importance particulière aux couleurs et aux détails. J’avais envie de vert et de ce bleu verni très foncé. C’est peut-être le point qui a été le plus discuté, et je trouve d’ailleurs que le bleu pourrait être encore un tout petit peu plus foncé (il se tourne vers le prototype). La forme des pieds est elle aussi assez spéciale : leur arrondi à l’arrière est brisé par l’arête biseautée sur le devant, créant ainsi des lignes qui reprennent la forme de l’assise. La manière dont ils reflètent la lumière crée de jolis effets. La lumière est d’ailleurs essentielle sur le plan de la couleur et du matériau et pour l’impression que fera le produit. Ces petites touches donnent à la chaise une certaine élégance et quelque chose de raffiné.

 

 

Thonet, Sebastian Herkner, 118

Le côté artisanal revête lui aussi une importance particulière pour vous.

 

Exactement, et c’est pourquoi j’ai apprécié de pouvoir travailler de nouveau avec une manufacture comme Thonet. Une entreprise allemande qui, comme Schramm ou Wittman (pour lesquelles Sebastian Herkner a également conçu des nouveautés pour le salon imm), produit elle aussi en Allemagne. Et puis il y a la proximité géographique qui m’a permis de m’y rendre rapidement. (La société Thonet est implantée à Frankenberg, l’atelier de Sebastian Herkner se trouve à Offenbach.)

 

 

Avez-vous aussi travaillé dans l’atelier de Thonet ?

 

Bien sûr ! J’ai moi aussi courbé du bois. Ce n’est pas seulement une question de force physique, il faut également savoir quand courber et tordre la pièce de telle ou telle manière. Cela demande beaucoup de doigté.


Thonet, Sebastian Herkner, 118
Thonet, Sebastian Herkner, 118
Thonet, Sebastian Herkner, 118

La créatrice

Né en 1981, Sebastian Herkner étudie le design des produits à l’École d’art et de design d’Offenbach. Pendant ses études, il se concentre déjà sur la création d’objets et de meubles qui se distinguent par la fusion de différentes influences culturelles ainsi que l’alliance de technologies nouvelles et de l’artisanat traditionnel. Son objectif est de mettre en valeur la beauté des matières sous toutes ses facettes et d’attirer l’attention sur des détails subtils. En 2006, il crée son propre studio à Offenbach-sur-le-Main ; depuis, il conçoit des produits pour des entreprises de renommée internationale comme ClassiCon, Gervasoni et Moroso. En partenariat avec des exposants et des musées, il met également sur pied des projets destinés au domaine de l’architecture d’intérieur et du design d’exposition. Il a déjà reçu plusieurs prix pour ses œuvres.